Fete des vins

4 septembre 2016

 fête des vins

 

Chaleur et souffrance au travail danger pour les salariés ,

3 juillet 2015

Chaleur et souffrance au travail danger pour les salariés ,

 

Les personnes âgées, dans les  hôpitaux…

 Qu’importe la canicule SOUFFANCE AU TRAVAIL ET DANS LES MAISONS DE RETRAITE

l’Europe connait une vague caniculaire ! « Les employés des entreprises doivent se battre pour avoir droit à une bouteille d’eau » pendant que le patron s’enrhume avec la clim ainsi que sa cour ! C’est la cas dans de nombreuses entreprises car « le code du travail ne mentionne pas la température au-dessus de laquelle poursuivre le travail est considéré comme dangereux ! » Seulement une recommandation de la caisse primaire d’assurance maladie à 33°

IL FAIT TROP CHAUD POUR TRAVAILLER ! dit la chanson ! Malgré la canicule des salariés travaillent Malgré la canicule des salariés travaillent dans des conditions qui mettent leur santé en danger !

La canicule sévit aussi dans les Maisons de retraites !mais aussi les hôpitaux, les  crèches, les écoles…

La Crise sanitaire de 2003

 

 Rappelons qu’en 2003

15.000 personnes âgées invalides et handicapées notamment à Paris selon l’INSEE et l’INSERM ont trouvé la mort ( majoritairement des personnes âgées) par faute de préventions des risques sanitaires !. La même logique pour les services d’aides aux personnes dépendantes et les  hôpitaux ainsi que les services de gériatrie qui sont particulièrement emblématiques

En résumé il faudrait cesser de travailler « au-delà de 30°C pour une activité sédentaire, et 28°C pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut constituer un risque pour les salariés. » « le travail par fortes chaleurs et notamment au-dessus de 33 °C présente des dangers » « Au-delà de 33 °C, évacuez les  salariés ! »

Martine Lozano

Le 8 mars la journée internationale des femmes

27 février 2015

Le 8 mars la journée internationale des femmes
de : MARTINE LOZANO
vendredi 27 février 2015 – 12h21 – Signaler aux modérateurs

 
 

• Le 8 mars la journée internationale des femmes

• • Le féminisme n’a pas de frontières, nous affirmons notre solidarité avec les femmes de toute la planète. La pauvreté peut se conjuguer au féminin car 70 % des 4,5 milliards de personnes qui vivent avec 2 dollars par jour sont des femmes et des enfants ; quand dans les pays du sud l’éducation devient payante, ce sont les jeunes filles et les fillettes qui sont retirées de l’école, la même logique va se vérifier dans le domaine de la santé. En effet l’éradication de la pauvreté dans le monde passe par l’égalité des sexes. En premier lieu l’éducation est ciblée sachant que 600 millions de femmes sont analphabètes dans le monde contre 320 millions d’hommes. Est ciblé une prise de conscience en matière de santé notamment le SIDA Est ciblé un changement d’attitude face à certaines pratiques nuisibles notamment les mutilations. Une société qui avance accorde des droits égaux aux hommes et aux femmes. • • Le succès ou l’échec d’une révolution peut toujours se mesurer au degré selon lequel le statut de la femme s’en est trouvé rapidement modifié dans une direction progressive.”CITATION Angela Davis Le peuple s’opposent aux violences faites aux femmes et demandent l’égalité de toutes les classes sociales. • Dans le monde du travail les femmes toujours discriminées toujours en première ligne pour Les troubles musculo-squelettiques(TMS qui augmentent de 20 % par an depuis dix ans. Rappelons que ces pathologies se caractérisent notamment par des fourmillements dans les doigts ou une perte de sensibilité, des articulations raides ou douloureuses, ainsi que des difficultés à faire de grands mouvements. Dans tous les cas, elles affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres ou de la colonne vertébrale. Les travailleurs concernés sont les travailleurs manuels, des salariés précaires ou des femmes qui restent le plus souvent exposées aux tâches répétitives.

Loi Macron : une augmentation des violences économiques contre les femmes qui travaillent dans le commerce rappelons que le vendeur est le plus souvent une vendeuse le caissier une caissière • Une femme sur dix est chaque année victime de violences conjugales et, tous les trois jours, l’une d’elles en décède. Mépris et harcèlement existent aussi bien dans la famille qu’au travail. ! • • Une marginalisation des prostituées qui pourraient être contraintes de refuser l’imposition du préservatif . À cause de cette mesure la situation va empirer. Déjà « Le Conseil national du sida appelle de ses vœux une action de premier plan pour compenser le retard pris par la France dans l’accompagnement, le suivi et la garantie des droits des personnes prostituées et ceci afin de leur rendre une visibilité et de leur garantir l’accès effectif à la prévention et aux soins. » • Ne faudrait il pas mieux proposer des mesures alternatives au lieu de marginaliser Un VRAI droit à à la reconversion des personnes prostituées pourrait être demandé le droit au travail , le droit au versement des allocations chômage, le droit au logement, le Droit au HLM, Par ailleurs la revendication de la régularisation de tous les sans-papiers devient essentielle dans la mesure où des personnes prostituées sont d’origine étrangère et sans papiers (mondialisation oblige) Leur régularisation est la condition pour qu’elles puissent ne plus dépendre de la pression et de l’exploitation des réseaux . Car Si on doit revendiquer que les prostitue(e‘)s aient accès à l’ensemble des droits sociaux. ; pour obtenir ces droits ,les personnes prostituées devront s’organiser elles mêmes face à la situation dans laquelle elles se trouvent en termes de droits et de revendication et contre la répression subie. Qui mieux qu’elles connaissent cela ; Pour obtenir des revendications elles doivent les demander elles mêmes , Elles vont lutter contre les discriminations qui les touchent, que ce soit par la police, la justice, les services sociaux ou les services de santé .

• Rappelons que le sexisme est : idéologie très ancienne qui, consiste à discriminer pour différencier et hiérarchiser afin d’affirmer la supériorité masculine. Une société qui régresse commence toujours par réprimer les femmes alors qu’une société qui progresse connaît des mutations profondes qui changent la vie des femmes. C’est ainsi que le degré de civilisation d’une société se mesure au respect de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes.

• Pour le droit des femmes mobilisons-nous Martine Lozano militante associative Deux manifestations différentes sont prévues : • 14h00 – manifestation Belleville

• 14h30 – manifestation unitaire

 
Imprimer cet article

le secteur coopératif

29 janvier 2015

Un homme = une voix et non une action = une voix
de : MARTINE LOZANO

 

le secteur coopératif comprend des principes et des valeurs :

LES 7 PRINCIPES COOPÉRATIFS Toutes les coopératives du monde entier observent les mêmes principes coopératifs, énoncés dans la déclaration sur l’identité coopérative de l’Alliance coopérative internationale en 1995. En réinterrogeant les principes coopératifs en 2010, Coop FR a souhaité faciliter la compréhension du modèle coopératif. Ainsi, dans sa déclaration sur l’identité coopérative, le mouvement coopératif français énonce les 7 valeurs, portées au quotidien par les coopératives.

Les valeurs :

Démocratie : « Les dirigeants sont élus démocratiquement par et parmi les membres. Tous les membres, sans discrimination, votent selon le principe : une personne, une voix. » Solidarité : « La coopérative et ses membres sont solidaires entre eux et envers la communauté. » Responsabilité : « Tous les membres, en tant qu’associés ou en tant qu’élus, sont responsables de la coopérative. » Pérennité : « La coopérative est un outil au service des générations présentes et futures. » Transparence : « La coopérative a une pratique de transparence à l’égard de ses membres et de la communauté. » Proximité : « La coopérative contribue au développement régional et à l’ancrage local. » Service : « La coopérative fournit des services et produits dans l’intérêt de l’ensemble de ses membres en vue de satisfaire leurs besoins économiques et sociaux. »

Les principes coopératifs de l’Alliance coopérative internationale, 1995

Les principes coopératifs énoncés dans la Déclaration sur l’identité internationale des coopératives (Alliance coopérative internationale, 1995) constituent les lignes directrices qui permettent aux coopératives de mettre leurs valeurs en pratique :

Premier principe : Adhésion volontaire et ouverte à tous Deuxième principe : Pouvoir démocratique exercé par les membres Troisième principe : Participation économique des membres Quatrième principe : Autonomie et indépendance Cinquième principe : Education, formation et information Sixième principe : Coopération entre les coopératives  Septième principe : Engagement vers la communauté

C’est ainsi qu’un projet pour ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR COOPÉRATIF EN France et POUR DONNER UN NOUVEL ÉLAN AU DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES DE PRODUCTION (SCOP) une loi votée en 2004 dite loi Hamon favorise la reprise d’entreprise sous forme de SCOP en  Autorisant les SCOP de salariés minoritaires dans la phase de reprise !

 CEPENDANT LE DROIT DE PREEMPTOIN POUR LES SALARIES POUR REPRENDRE EN COPERATIVE EST MINORE !

 . Développer les Scop

Pour développer le modèle coopératif – et notamment les Scop (sociétés coopératives et participatives, associant les salariés), qui emploient aujourd’hui 40.000 personnes – le texte prévoit la création d’un statut transitoire de « scop d’amorçage« , permettant aux salariés d’être minoritaires au capital le temps de réunir les fonds pour devenir majoritaires.  

Pendant ce laps de temps (7 ans), la société bénéficiera d’un système fiscal avantageux. Le ministère espère, lui, doubler en cinq ans le nombre d’emplois dans les Scop.  

Il compte aussi développer les autres formes de coopératives – il en existe une trentaine au total – en modernisant leur statut afin d’en faire «  

4. Inciter les salariés à la reprise d’entreprise

Pour faciliter les reprises de petites entreprises par leurs salariés, une autre mesure projette que ceux-ci soient informés au moins deux mois à l’avance d’un projet de cession, pour leur permettre, le cas échéant, de formuler une offre. 

 

 

Le principe fort des SCOP : un Homme = une voix ET NON UNE ACTION = UNE VOIX RAPPELONS QUE DANS UNE SCOP IL NE PEUT Y AVOIR D’ACTIONNAIRES !

UN HOMME = UNE VOIX Quel que soit le montant détenu par chacun des associés en Assemblée Générale, chaque associé possède une voix. Cette voix permet à chacun de prendre une part active dans la vie de la Coopérative !

Qu’est-ce qu’une Scop ? Les Scop, Sociétés coopératives et participatives, désignent les entreprises à statut Scop (Société coopérative de production) et à statut Scic (Société coopérative d’intérêt collectif). Soumises à l’impératif de profitabilité comme toute entreprise, elles bénéficient d’une gouvernance démocratique et d’une répartition des résultats prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise.

Dans une Scic, les mécanismes coopératifs et participatifs sont identiques à ceux de la Scop. les membres associés au capital sont par définition de toutes natures : salariés mais aussi celles et ceux qui souhaitent s’impliquer dans le projet : clients, bénévoles, collectivités territoriales, partenaires privés, etc.

Juridiquement, une Scop est une société coopérative de forme SA ou SARL dont les salariés sont les associés majoritaires. Dans une Scop, ces derniers détiennent au moins 51 % du capital social et 65 % des droits de vote. Si tous les salariés ne sont pas associés, tous ont vocation à le devenir. Les sociétés coopératives et participatives sont des sociétés de forme SA ou SARL dont les salariés sont associés majoritairement et définissent ensemble un projet commun ! Les membres associés sont les salariés rattachés au droit coopératif et au droit des sociétés !Tout nouvel embauché a vocation à devenir associé s’il le souhaite, et selon les modalités fixées dans les statuts de la société (une formation d’initiation à la gestion et à la vie de Une Scic ?

la SCOP répond à quatre principe

une gouvernance démocratique :un homme = une voix

un capital variable Le capital est variable. Il peut donc augmenter ou diminuer sans aucune formalité d’enregistrement.

Pour une SARL, il doit être intégralement libéré lors de la constitution de la société. Il doit être composé d’au moins 2 parts d’une valeur unitaire minimale de 15 euros. Pour une SA, il ne peut être inférieur à 18 500 euros. Les apports en numéraire doivent être libérés d’au moins un quart de leur montant au moment de la constitution de la société. Le solde doit impérativement être libéré dans les 3 ans. (changement prévu dans le projet de loi= Les associés peuvent donc entrer et sortir facilement de la société par voie d’apport ou de retrait de leur apport.

Le capital est variable. Il peut donc augmenter ou diminuer sans aucune formalité d’enregistrement. Aucun associé ne peut détenir plus de la moitié du capital.

Responsabilité

La responsabilité des associés est limitée à leurs apports en capital. Les dirigeants sont, comme dans toute société, responsables de leurs fautes de gestion.

Les membres associés sont les salariés rattachés au droit coopératif et au droit des sociétés !Tout nouvel embauché a vocation à devenir associé s’il le souhaite, et selon les modalités fixées dans les statuts de la société (une formation d’initiation à la gestion et à la vie de l’entreprise.

Des réserves impartageables qui assurent la pérennité de l’entreprise !

Dans une Scop, le partage du profit est équitable :

 une part pour tous les salariés, sous forme de participation et d’intéressement ;
 une part pour les salariés associés sous forme de dividendes ;
 une part pour les réserves de l’entreprise. Une fraction minimale de 15 % est affectée à la constitution de la réserve légale (ce prélèvement cesse lorsque le montant de la réserve s’élève au montant le plus élevé atteint par le capital). Une fraction est affectée à une réserve statutaire dite « fonds de développement » (soit globalement 45 % en moyenne). Une « part travail » est attribuée aux salariés (minimum : 25 %), associés ou non, principalement dans le cadre d’un accord de participation. Une dernière fraction peut être affectée au versement de dividendes. Elle ne peut être supérieure ni aux réserves ni à la « part travail ».

La SCOP se constitue un patrimoine propre (réserves financières impartageables). Ce capital préserve la SCOP d’une prise de contrôle majoritaire par les investisseurs extérieurs et garantit ainsi son indépendance et sa pérennité.

. Fonctionnement

Les dirigeants pratiquent un management participatif qui implique chaque salarié. Ils sont élus par les associés salariés pour une durée maximale de : 4 ans pour les gérants de SARL et les membres du directoire d’une SA, 6 ans pour les membres du conseil de surveillance, le président et le directeur général de SA. On distingue deux types d’associés :

Les associés salariés de l’entreprise (2 au minimum, 100 au maximum pour une SARL et 7 au minimum pour une SA).

Dans les assemblées générales, chaque associé-salarié a le même pouvoir : « un associé = une voix ».

Si les statuts le prévoient, les associés « non coopérateurs » peuvent voter proportionnellement à la part de capital qu’ils détiennent sans excéder 35 % du total des droits de vote.

Dans une Scop, il y a un dirigeant comme dans n’importe quelle entreprise. Mais celui-ci est élu par les salariés associés

Deux principes y régent la démocratie et la pérennité de la société !

 Des entreprises concurrentielles car les SCOP comme les autres entreprise opèrent dans une économie de marché !
 Les avantages de la SCOP ! L’épanouissement du personnel : on peut dire le personnel qui aime le lundi ! L’esprit de responsabilité ! Le modèle coopératif préserve des OPA et maintient le centre de décisions sur le territoire d’appartenance de l’entreprise !

Les SCOP peuvent être créées dans tous les secteurs d’activités : commerce, industrie, artisanat, services, multimédia et mêmes certaines professions libérales réglementées (architectes, géomètres-experts).

Précision : une association a la possibilité de se transformer en SCOP.

Impôt sur les sociétés : la société coopérative relève de l’impôt sur les sociétés, mais elle bénéficie d’une exonération d’IS pour la fraction des bénéfices distribuée aux salariés au titre de la participation salariale !

Contribution économique territoriale : exonération. 2012, Année internationale des coopératives

2012, Année internationale des coopératives Que sont devenus les grands espoirs de l’année 2012 Lc’était ler e 18 décembre 2009 que l’Assemblée générale des Nations unies avait proclamé 2012 « année des coopératives », et reconnaissait l’efficacité de ce modèle coopératif , Sa pertinence face aux excès du capitalisme et son apport en terme d’éthique, de démocratie de partage et d’ équité autant qu’en terme innovation . L’Onu comptait ainsi réduire la pauvreté, créer des d’emplois et participer à l’intégration sociale par les biais des coopératives, d‘un secteur qui compte .aujourd’hui plus un milliards de personnes membres de coopératives À travers le monde. En déclarant l’année 2012, Année internationale des coopératives, l’Assemblée générale des Nations Unies met en évidence la contribution des coopératives pour le développement économique et leur impact dans la lutte contre la pauvreté, la création d’emplois et l’intégration sociale. En Europe les principaux pays concernés sont L’ Italie , l’Espagne, la France : les premiers en nombre d’entreprises coopératives : 41552 en Italie 24276 EN Espagne ET 21000 en France La France avec 23 millions de membres est le pays qui compte le plus grand nombre de coopérateurs . « Se fondant en premier lieu sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu’elles constituaient un modèle commercial viable pouvant prospérer y compris ,en période de crise. La coopérative EST une éthique de l’entreprise 

 

TRANSFORMER UNE ASSOCIATION EN SCIC

L’article 19 quater de la loi du 10 septembre 1947 stipule que « La décision régulièrement prise par toute société, quelle qu’en soit la forme, de modifier ses statuts pour les adapter aux dispositions du présent titre n’entraîne pas la création d’une personne morale nouvelle.

« Transformer son association en SCIC ? une association peut être amenée à s’interroger sur la pertinence du statut associatif au regard de la réalité de son fonctionnement et de ses besoins. La transformation en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) permet de conserver certains avantages liés au statut associatif tout en facilitant l’exercice d’activités économiques et le partenariat avec les collectivités.

L’article 36 de la loi 2001-626 du 17 juillet 2001 a introduit la possibilité pour les associations 1901 et 1908 de se transformer en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) ayant une activité analogue. Cette transformation n’entraîne pas la création d’une personne morale nouvelle.

SCIC La société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) , crée par la loi 2001-624 du 17 juillet 2001, Est une entreprise coopérative qui va associer autour d’un projet commun les salariés, les bénévoles, les usagers ; les clients , les collectivités publiques et les sociétés ainsi que des associations et des personnes intéressées . Le XX ème siècle a vu la spécialisation des coopératives avec des coopératives agricoles, Des coopératives HLM ! En renouant avec le multifonctionnel la XXI eme siècle a vu naitre les SCIC ! Comme la SCOP classiques les bénéfices sont réinvestis dans l’activité ! On voit se créer des organes de presse en SCIC pour diffuser une autre regard sur le monde !

 

 

transformation d’une association en coopérative

SCOP ou SCIC

Selon la nature de l’association, son objet et son modèle économique, deux statuts juridiques permettent de faire évoluer l’association  sous forme coopérative : la SCOP Société coopérative et participative ou de production ou la SCIC Société coopérative d’intérêt collectif

Deux principes fondamentaux

Les SCOP  et SCIC  sont des sociétés coopératives dont la gouvernance est démocratique : chaque associé  dispose une droit de vote égalitaires   quel que soit le capital détenu.

Les associés  décident des orientations  stratégiques majeures de la répartition des résultat  et élisent  l’équipe dirigeante qui pilote la société au quotidien

Les réserves impartageables

La part des bénéfices  mise en réserve contribue à consolider  les fonds  propres de l’entreprise et à assurer sa pérennité

Elle est de 16 % minimum dans une SCOP  en pratique 44%

Et dans une  SCIC de  57 % et en pratique 100%

 

Grèce le système de santé vole en éclat

26 janvier 2015

Grèce le système de santé vole en éclat
de : MARTINE LOZANO 
 

Grèce le système de santé vole en éclat rien

Grèce le système de santé vole en éclat

JPEG - 3.3 ko

Les hôpitaux ne peuvent plus acheter de médicaments (insuline, anticancéreux) ou de matériel médical (pansements, compresses) et font appel aux dons. forfait hospitalier de 5 euros et les examens complémentaires en biologie, radiologie sont payants. dans les hôpitaux, les refus de soins se multiplient.

Il faut savoir qu’en Grèce avec le chômage qui augmente les femmes accouchent dans la rue, un bébé a été retenu en otage car la mère n’avait pas pu payer le montant de l’accouchement, La mortalité enfantine augmente, les suicides se multiplient , le paludisme réapparait la tuberculose également , le VIH augmente , La prostitution augmente ! Dans le secteur de la santé on constate la fermeture de nombreux centres d’interruption volontaire de grossesse, rendant l’accès à l’avortement de plus en plus difficile. Les acquis féministes sont menacés ; dans la précarité les femmes ne bénéficient pas de prévention contre les Grossesses non désirées et le sida. L’impact des mesures d’austérité sur les femmes en termes de santé est désastreux ! L’austérité imposée à la Grèce pour répondre à La crise de la dette pousse certaines femmes à se prostituer pour joindre les deux bouts. Ce sont Les mesures d’austérités prise par le gouvernement grec face à la crise économique qui ont contraint certaines femmes à se livrer à la prostitution ! rappelons que le système de santé en Grèce ne cesse de se dégrader ; Le personnel de santé qui part à la retraite n’ est pas remplacé, Des spécialités font défaut et on assiste déjà à un départ de médecins grecs vers l’étranger ; L’absence de soins fait progresser les maladies : Dans les hôpitaux , le manque de matériel, de personnels fait reculer l’accès aux soins Comme par exemple dans un hôpital de Crète Où on peut lire « Le lundi pas de consultation en cardiologie » « pas de consultation ORL pendant dix jours » Dans le domaine psychiatrique on constate un manque de nourriture pour nourrir tous les patients , c’est ainsi qu’un appel au secours a été lancé par l’hôpital de Leros, dans la même logique Les personnes en situation de drogue ne sont plus suivies et sont laissées à l’abandon ! 

On se rappelle le film de Michael Moore relate une anecdote sur le système de santé américain : un homme qui souffre de fractures à deux doigts attend à l’hôpital le devis de la  » réparation ;  » Or il n’a pas les moyens de se faire soigner les deux doigts, le médecin lui demande alors  » quel doigt voulez-vous que je vous soigne.  »

Dans ce contexte les dispensaires auto gérés aident la population ! Pour les chômeurs, L’allocation de 400 euros, la même pour tous, est supprimée au bout d’un an.. Les Grecs ne vont plus à l’hôpital ! « Des centaines de milliers de Grecs au chômage n’ont plus de Sécurité sociale. Un réseau de médecins se mobilise »Dans tout le pays, des médecins bénévoles ont mis en place des dispensaires sociaux !

Martine Lozano militante associative

la destinée

19 décembre 2014

LA DESTINEE
Album : LA DESTINEE

14 images
Voir l'album
 IMG_20141219_153203nu

 

Quel féminisme aujourd’hui ?

28 août 2014

Quel féminisme aujourd’hui ?
les mouvements féministes ont aujourd’hui moins d’audience chez les femmes que dans les années 1960-1970 avec la contraception et du droit à l’IVG.

Les femmes et la parité :
La loi aura profité aux classes aisées et des femmes ayant une professions intellectuelles et les cadres ainsi que les femmes de familles aisées !
La parité ne fait sans les femmes ouvrières ou employés ou sans emploi et sans les femmes précaires !
Les inégalités salariales, amplifiées par la retraite
les salaires en France, les femmes sont payées en moyenne 27% de moins que les hommes pour un même emploi, ce taux est identique en Europe. Les femmes représentent 80% des travailleurs pauvres. La précarité domine les métiers féminins. 17% des actifs sont employés à temps partiels dont 80 % de femmes, Plus d’un millions de salarié(e)s à temps partiel déclarent vouloir travailler plus , Ce taux est plus élevé chez les employé(e)s et les ouvrières. les pensions des femmes sont déjà inférieures de 40 % à celles des hommes . La retraitée touche 900 euros par mois environ.
le secteur des services à la personne rassemble massivement des femmes non qualifiées et des professions faiblement syndiquées !

Les métiers de service à la personne occupés à 97% par des femmes risquent de voir se développer une « violence économique et sociale comprenant surexploitation, humiliation, isolement avec un durcissement des conditions de travail. » En effet, les secteurs financés par les pouvoirs publics sont actuellement très fortement touchés par la crise. Enfin, les travailleuses migrantes employées comme auxiliaires maternelles subissent de plein fouet la baisse du pouvoir d’achat de leurs ‘employeuses’.
Sans compter que la pénibilité des métiers touchent les femmes , 58% des troubles musculo squelettiques touchent les femmes dans le travail répétitif . Les troubles musculo-squelettiques(TMS) qui augmentent de 20 % par an depuis dix ans. Rappelons que ces pathologies se caractérisent notamment par des fourmillements dans les doigts ou une perte de sensibilité, des articulations raides ou douloureuses, ainsi que des difficultés à faire de grands mouvements. Dans tous les cas, elles affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres ou de la colonne vertébrale. Les travailleurs concernés sont les travailleurs manuels, des salariés précaires ou des femmes qui restent le plus souvent exposées aux tâches répétitives. On constate une augmentation des pressions sur les conditions de travail , une intensification de la charge de travail , le travail du dimanche ,la tentative de suppression des pauses , l’intensification du travail.
On pense aux caissières ,aux femmes de ménage , aux employés mais aussi les cadres et agents de maitrise, aux employés car ces mesures de régressions concernent toutes les catégories socio professionnels.
Dans le secteur de la santé on constate la fermeture de nombreux centres d’interruption volontaire de grossesse, rendant l’accès à l’avortement de plus en plus difficile. Les acquis féministes sont menacés ; En effet dans la précarité les femmes ne bénéficient d’aucune prévention contre les Grossesses non désirées et le sida. l’Impacts des mesures d’austérité sur les femmes en terme de santé est désastreux .
Martine Lozano

Maltraitance ordinaire générée par le manque de moyens !

17 juillet 2014

Maltraitance ordinaire générée par le manque de moyens !

« Toilettes bâclées, repas expédiés » «Les pieds ne sont plus lavés qu’une fois par semaine » , » neuf minutes à consacrer à la toilette de chaque pensionnaire » , « ajournement des douches hebdomadaires » ; « repas administrés en une dizaine de minutes » « avec le risque que cela comporte » :«Certains sont victimes de fausses routes parfois génératrices de complications pulmonaires. D’autres n’ont pas le temps de terminer leurs repas.» nous dit le journal la DEPECHE du midi.
Sans compter que l’on trouve des agents de services pour les travaux d’entretien qui administrent des repas aux pensionnaires et prennent en charge les toilettes des personnes âgées.
C’est pourquoi le personnel s’est mis en grève : une grève des personnels des maisons de retraite du CCAS de Toulouse pour constater les mauvaises conditions de travail et d’hébergement dans ces établissements et le sous- effectif chronique en juillet 2014.

Souffrance du personnel
les 36 heures consécutives de repos hebdomadaires prévus par les textes sont parfois réduites à seulement 24 heures, et il arrive que les plannings de travail réalisés en fonction des effectifs disponibles ne soient communiqués que la veille pour le lendemain, burnout chez le personnel soignant, stress ,fatigue, maladie musculo squelettique, suicides ! Si on interroge le personnel hospitalier, ces employés se déclarent » vidés « La souffrance du personnel se répercute sur l’organisation du travail et le fonctionnement de l’hôpital par de l’absentéisme et turn-over ainsi que des accidents du travail et de la dégradation du climat social ! On voit même des infirmières fuyant leur travail !car la charge de travail ayant été augmenté, le travail s’effectue comme un robot et le côté humain disparait. Le stress est particulièrement présent chez les soignantes, pour des raisons de surcharge de fatigue, Le secteur de la santé n’est pas épargné PAR LE harcèlement moral, FORME DE MANAGEMENT !

la SOUFFRANCE se banalise chez les personnes âgées !
Les personnes âgées dans certaines maisons de retraite : 50 % des personnes âgées hospitalisées et 30 % des résidents des maisons de retraite sont mal nourris. En effet, à la source on trouve une accumulation d’inattentions s’apparentant à des maltraitances : préjugés alimentaires qui conduisent à la prescription de régimes trop sévères, horaires inadaptés (repas parfois servi à 17h30), effet anorexigène de la distribution des médicaments. Des patients handicapés ont des difficultés pour mastiquer, ce qui conduit à un effet buccal déplorable. Des dentistes pourraient pourtant facilement intervenir en amont. Quand on rentre dans la peau d’une personne âgée, « on perd ses repères, S’asseoir dans un fauteuil pour nouer ses chaussures, descendre un escalier, ouvrir une boite de médicament, décapsuler un comprimé, se coiffer, tous ces gestes simples deviennent difficiles voire impossibles. »
Si le degré de civilisation d’une société se mesure à ses engagements envers les plus vulnérables, il est plus que temps de s’intéresser à ce problème pour le résoudre le plus rapidement possible. Les maisons de retraite : maltraitance, sous-effectifs – et gros profits !
MARTINE LOZANO MILITANTE ASSOCIATIVE

Un homme = une voix et non une action = une voix

14 mai 2014

Un homme = une voix et non une action = une voix
de : MARTINE LOZANO
mercredi 14 mai 2014 – 16h12

Un homme = une voix et non une action = une voix

JPEG – 46.4 ko
Les projets de coopératives font la une des journaux comme par exemple Fralib SeaFrance, l’imprimerie Hélio-Corbeil ! La coopérative est une éthique différente : un implication des salariés dans la gestion, l’autonomie, une association de compétences, Tous les secteurs sont concernées comme par exemple la vente en tout genre mais on la retrouve aussi dans les secteur de imprimerie, l’ édition, Le théâtre, Des orchestres, Des maisons de danse, LA PRESSE ! La coopérative est un rêve Mais aujourd’hui avec la crise, L’idée de créer une société coopérative et participative apparaît de plus en plus comme une solution envisagée par les salariés d’entreprises menacées. Même si l’hésitation se fait sentir car en ces temps de chômage massif l’élaboration d’un projet comporte aussi des risques dans notre environnement d’insécurité régnante dans nos sociétés capitalistes et mondialisées ; Malgré que la coopérative comporte une mobilisation exceptionnelle d’énergie ! La formule SCOP est une solution particulièrement bien adaptée pour créer ou reprendre une entreprise, ou pour assurer la succession d’un dirigeant partant à la retraite.

le secteur coopératif comprend des principes et des valeurs :

LES 7 PRINCIPES COOPÉRATIFS Toutes les coopératives du monde entier observent les mêmes principes coopératifs, énoncés dans la déclaration sur l’identité coopérative de l’Alliance coopérative internationale en 1995. En réinterrogeant les principes coopératifs en 2010, Coop FR a souhaité faciliter la compréhension du modèle coopératif. Ainsi, dans sa déclaration sur l’identité coopérative, le mouvement coopératif français énonce les 7 valeurs, portées au quotidien par les coopératives.

Les valeurs :

Démocratie : « Les dirigeants sont élus démocratiquement par et parmi les membres. Tous les membres, sans discrimination, votent selon le principe : une personne, une voix. » Solidarité : « La coopérative et ses membres sont solidaires entre eux et envers la communauté. » Responsabilité : « Tous les membres, en tant qu’associés ou en tant qu’élus, sont responsables de la coopérative. » Pérennité : « La coopérative est un outil au service des générations présentes et futures. » Transparence : « La coopérative a une pratique de transparence à l’égard de ses membres et de la communauté. » Proximité : « La coopérative contribue au développement régional et à l’ancrage local. » Service : « La coopérative fournit des services et produits dans l’intérêt de l’ensemble de ses membres en vue de satisfaire leurs besoins économiques et sociaux. »

Les principes coopératifs de l’Alliance coopérative internationale, 1995

Les principes coopératifs énoncés dans la Déclaration sur l’identité internationale des coopératives (Alliance coopérative internationale, 1995) constituent les lignes directrices qui permettent aux coopératives de mettre leurs valeurs en pratique :

Premier principe : Adhésion volontaire et ouverte à tous Deuxième principe : Pouvoir démocratique exercé par les membres Troisième principe : Participation économique des membres Quatrième principe : Autonomie et indépendance Cinquième principe : Education, formation et information Sixième principe : Coopération entre les coopératives Septième principe : Engagement vers la communauté

Les premières SCOP ont été créées, en France, il y a plus d’un siècle ; aujourd’hui, si le BTP reste le secteur où elles sont le plus nombreuses, elles sont présentes dans tous les métiers de l’industrie et des services, avec des effectifs variant de 2 à …1000 salariés !

Il est pourtant évident que ces quelque 2000 SCOP pèsent encore peu dans le paysage économique français. Il faut changer d’échelle. Une politique volontariste de soutien aux coopératives par les pouvoirs publics est nécessaire. Le projet de loi étudié actuellement au Sénat sur l’économie sociale et solidaire !

C’est ainsi qu’un projet pour ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR COOPÉRATIF EN France et POUR DONNER UN NOUVEL ÉLAN AU DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES DE PRODUCTION (SCOP) un projet de loi en France est en discussion au Sénat ! Ce projet vise à encourager la reprise d’entreprise sous forme de SCOP et A Autoriser les SCOP de salariés minoritaires dans la phase de reprise ! CEPENDANT LE DROIT DE PREEMPTOIN POUR LES SALARIES POUR REPRENDRE EN COPERATIVE EST MINORE !

Le principe fort des SCOP : un Homme = une voix ET NON UNE ACTION = UNE VOIX RAPPELONS QUE DANS UNE SCOP IL NE PEUT Y AVOIR D’ACTIONNAIRES !

UN HOMME = UNE VOIX Quel que soit le montant détenu par chacun des associés en Assemblée Générale, chaque associé possède une voix. Cette voix permet à chacun de prendre une part active dans la vie de la Coopérative !

Qu’est-ce qu’une Scop ? Les Scop, Sociétés coopératives et participatives, désignent les entreprises à statut Scop (Société coopérative de production) et à statut Scic (Société coopérative d’intérêt collectif). Soumises à l’impératif de profitabilité comme toute entreprise, elles bénéficient d’une gouvernance démocratique et d’une répartition des résultats prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise.

Dans une Scic, les mécanismes coopératifs et participatifs sont identiques à ceux de la Scop. les membres associés au capital sont par définition de toutes natures : salariés mais aussi celles et ceux qui souhaitent s’impliquer dans le projet : clients, bénévoles, collectivités territoriales, partenaires privés, etc.

Juridiquement, une Scop est une société coopérative de forme SA ou SARL dont les salariés sont les associés majoritaires. Dans une Scop, ces derniers détiennent au moins 51 % du capital social et 65 % des droits de vote. Si tous les salariés ne sont pas associés, tous ont vocation à le devenir. Les sociétés coopératives et participatives sont des sociétés de forme SA ou SARL dont les salariés sont associés majoritairement et définisse ensemble un projet commun ! Les membres associés sont les salariés rattachés au droit coopératif et au droit des sociétés !Tout nouvel embauché a vocation à devenir associé s’il le souhaite, et selon les modalités fixées dans les statuts de la société (une formation d’initiation à la gestion et à la vie de Une Scic ?

la SCOP répond à quatre principe

une gouvernance démocratique :un homme = une voix

un capital variable Le capital est variable. Il peut donc augmenter ou diminuer sans aucune formalité d’enregistrement.

Pour une SARL, il doit être intégralement libéré lors de la constitution de la société. Il doit être composé d’au moins 2 parts d’une valeur unitaire minimale de 15 euros. Pour une SA, il ne peut être inférieur à 18 500 euros. Les apports en numéraire doivent être libérés d’au moins un quart de leur montant au moment de la constitution de la société. Le solde doit impérativement être libéré dans les 3 ans. (changement prévu dans le projet de loi= Les associés peuvent donc entrer et sortir facilement de la société par voie d’apport ou de retrait de leur apport.

Le capital est variable. Il peut donc augmenter ou diminuer sans aucune formalité d’enregistrement. Aucun associé ne peut détenir plus de la moitié du capital.

Responsabilité

La responsabilité des associés est limitée à leurs apports en capital. Les dirigeants sont, comme dans toute société, responsables de leurs fautes de gestion.

Les membres associés sont les salariés rattachés au droit coopératif et au droit des sociétés !Tout nouvel embauché a vocation à devenir associé s’il le souhaite, et selon les modalités fixées dans les statuts de la société (une formation d’initiation à la gestion et à la vie de l’entreprise.

Des réserves impartageables qui assurent la pérennité de l’entreprise !

Dans une Scop, le partage du profit est équitable :

une part pour tous les salariés, sous forme de participation et d’intéressement ;
une part pour les salariés associés sous forme de dividendes ;
une part pour les réserves de l’entreprise. Une fraction minimale de 15 % est affectée à la constitution de la réserve légale (ce prélèvement cesse lorsque le montant de la réserve s’élève au montant le plus élevé atteint par le capital). Une fraction est affectée à une réserve statutaire dite « fonds de développement » (soit globalement 45 % en moyenne). Une « part travail » est attribuée aux salariés (minimum : 25 %), associés ou non, principalement dans le cadre d’un accord de participation. Une dernière fraction peut être affectée au versement de dividendes. Elle ne peut être supérieure ni aux réserves ni à la « part travail ».

La SCOP se constitue un patrimoine propre (réserves financières impartageables). Ce capital préserve la SCOP d’une prise de contrôle majoritaire par les investisseurs extérieurs et garantit ainsi son indépendance et sa pérennité.

. Fonctionnement

Les dirigeants pratiquent un management participatif qui implique chaque salarié. Ils sont élus par les associés salariés pour une durée maximale de : 4 ans pour les gérants de SARL et les membres du directoire d’une SA, 6 ans pour les membres du conseil de surveillance, le président et le directeur général de SA. On distingue deux types d’associés :

Les associés salariés de l’entreprise (2 au minimum, 100 au maximum pour une SARL et 7 au minimum pour une SA).

Dans les assemblées générales, chaque associé-salarié a le même pouvoir : « un associé = une voix ».

Si les statuts le prévoient, les associés « non coopérateurs » peuvent voter proportionnellement à la part de capital qu’ils détiennent sans excéder 35 % du total des droits de vote.

Dans une Scop, il y a un dirigeant comme dans n’importe quelle entreprise. Mais celui-ci est élu par les salariés associés

Deux principes y régent la démocratie et la pérennité de la société !

Des entreprises concurrentielles car les SCOP comme les autres entreprise opèrent dans une économie de marché !
Les avantages de la SCOP ! L’épanouissement du personnel : on peut dire le personnel qui aime le lundi ! L’esprit de responsabilité ! Le modèle coopératif préserve des OPA et maintient le centre de décisions sur le territoire d’appartenance de l’entreprise !

Les SCOP peuvent être créées dans tous les secteurs d’activités : commerce, industrie, artisanat, services, multimédia et mêmes certaines professions libérales réglementées (architectes, géomètres-experts).

Précision : une association a la possibilité de se transformer en SCOP.

Impôt sur les sociétés : la société coopérative relève de l’impôt sur les sociétés, mais elle bénéficie d’une exonération d’IS pour la fraction des bénéfices distribuée aux salariés au titre de la participation salariale !

Contribution économique territoriale : exonération.

TRANSFORMER UNE ASSOCIATION EN SCIC

L’article 19 quater de la loi du 10 septembre 1947 stipule que « La décision régulièrement prise par toute société, quelle qu’en soit la forme, de modifier ses statuts pour les adapter aux dispositions du présent titre n’entraîne pas la création d’une personne morale nouvelle.

« Transformer son association en SCIC ? une association peut être amenée à s’interroger sur la pertinence du statut associatif au regard de la réalité de son fonctionnement et de ses besoins. La transformation en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) permet de conserver certains avantages liés au statut associatif tout en facilitant l’exercice d’activités économiques et le partenariat avec les collectivités.

L’article 36 de la loi 2001-626 du 17 juillet 2001 a introduit la possibilité pour les associations 1901 et 1908 de se transformer en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) ayant une activité analogue. Cette transformation n’entraîne pas la création d’une personne morale nouvelle.

SCIC La société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) , crée par la loi 2001-624 du 17 juillet 2001, Est une entreprise coopérative qui va associer autour d’un projet commun les salariés, les bénévoles, les usagers ; les clients , les collectivités publiques et les sociétés ainsi que des associations et des personnes intéressées . Le XX ème siècle a vu la spécialisation des coopératives avec des coopératives agricoles, Des coopératives HLM ! En renouant avec le multifonctionnel la XXI eme siècle a vu naitre les SCIC ! Comme la SCOP classiques les bénéfices sont réinvestis dans l’activité ! On voit se créer des organes de presse en SCIC pour diffuser une autre regard sur le monde !

2012, Année internationale des coopératives

2012, Année internationale des coopératives Que sont devenus les grands espoirs de l’année 2012 Lc’était ler e 18 décembre 2009 que l’Assemblée générale des Nations unies avait proclamé 2012 « année des coopératives », et reconnaissait l’efficacité de ce modèle coopératif , Sa pertinence face aux excès du capitalisme et son apport en terme d’éthique, de démocratie de partage et d’ équité autant qu’en terme innovation . L’Onu comptait ainsi réduire la pauvreté, créer des d’emplois et participer à l’intégration sociale par les biais des coopératives, d‘un secteur qui compte .aujourd’hui plus un milliards de personnes membres de coopératives À travers le monde. En déclarant l’année 2012, Année internationale des coopératives, l’Assemblée générale des Nations Unies met en évidence la contribution des coopératives pour le développement économique et leur impact dans la lutte contre la pauvreté, la création d’emplois et l’intégration sociale. En Europe les principaux pays concernés sont L’ Italie , l’Espagne, la France : les premiers en nombre d’entreprises coopératives : 41552 en Italie 24276 EN Espagne ET 21000 en France La France avec 23 millions de membres est le pays qui compte le plus grand nombre de coopérateurs . « Se fondant en premier lieu sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu’elles constituaient un modèle commercial viable pouvant prospérer y compris ,en période de crise. La coopérative EST une éthique de l’entreprise 

Martine Lozano

dégradation du système de santé

20 avril 2014

dégradation du système de sante
de : MARTINE LOZANO
dimanche 20 avril 2014 – 22h31

Notre système de Sécurité sociale solidaire et égalitaire est basée sur un financement par des cotisations sociales.

JPEG – 17.2 ko
L’annonce gouvernementale sous prétexte » d’agir sur le « pouvoir d’achat des salariés » prévoit une baisse des cotisations payées par les salariés » ! or on sait bien que ce qui est donné d’une main est repris de l’autre par les franchises, les déremboursements des médicaments , les forfaits hospitaliers, l’imposition des indemnités journalières des victimes de la vie et du travail , la remise en cause du 100% pour les affections de longues durée , les dépassements d’honoraires !

On veut dégrader notre système de sante comme c est le cas en Grèce ! Rappelons que le système de santé en Grèce ne cesse de se dégrader ; Le personnel de santé qui part à la retraite n est pas remplacé, des spécialités font défaut ! L’absence de soins fait progresser les maladies : les femmes enceintes ne font plus d’examens ! Dans les hôpitaux , le manque de matériel et de personnel fait reculer l’accès aux soins comme par exemple dans un hôpital de Crète où on peut lire « Le lundi pas de consultation en cardiologie » « pas de consultation ORL pendant dix jours » ! Dans le domaine psychiatrique on constate un manque de nourriture pour nourrir tous les patients , c’est ainsi qu’un appel au secours a été lancé par l’hôpital de Leros, dans la même logique Les personnes en situation de drogue ne sont plus suivies et sont laissées à l’abandon ! « les patients font la queue dès 5h du matin devant les grilles d’un dispensaire de son portail pour espérer décrocher un bon numéro, et se faire examiner ensuite dans la journée. » Heureusement que de nombreux dispensaires municipaux ou assimilés, proposent de la médecine gratuite !

on veut nous rapprocher du système anglo saxon on veut détruire le système de notre sécurité sociale pour le confier aux assureurs privés ! On se rappelle le film de Michael Moore qui relate une anecdote sur le système de santé américain : un homme qui souffre de fractures à deux doigts attend à l’hôpital le devis de la  » réparation ;  » Or il n’a pas les moyens de se faire soigner les deux doigts, le médecin lui demande alors  » quel doigt voulez-vous que je vous soigne.  »

Rappelons que toutes les mesures qui empêchent le malade de se soigner correctement en France sont maintenues et vont s’aggraver :

Le mécontentement augmente, la grogne des personnels se fait sentir, une directive européenne prévoit l’ouverture de la santé au secteur marchand, la république Tchèque l’a testé pour nous !

La finalité est de réduire l’accès aux soins pour tous et notamment les plus démunis pour augmenter le secteur marchand qui génère des bénéfices.

l’espérance de vie recule dans de nombreux pays y compris en France :

Selon une enquête récente, l’espérance de vie est en recul dans de nombreux pays : la première cause évoquée est le recul de l’accès aux soins pour tous mais aussi des conditions de travail qui se dégradent, sans compter qu’ en France 30% de personnes renoncent aux soins car le coût reste trop important, renoncer c ’est laisser se développer une maladie , c’est faire reculer la prévention.

Martine Lozano militante associative

Répondre à cet article

Imprimer cet article

12345...32